HISTOIRE > L'EAU DANS LA PLAINE
Dans la plaine, il n’y a pas d’eau de surface. Les villages sont groupés autour de leurs puits. Dans le bourg de Saint Aubin il y en a dix-huit dont quatre publics, et il faut y chercher l’eau à une profondeur de 35 à 45 mètres. On disait « A Saint Aubin, pour boire son saoul d’eau, il faut sonfaix de corde », c'est-à-dire que pour tirer l’eau d’un puits public, il fallait venir avec son seau et sa corde. Pourvoir aux besoins familiaux était une petite contrainte quotidienne; il en était autrement pour abreuver les animaux. Quelques mares (toutes disparues) recueillant les eaux de pluie avaient été crées. Et aussi des citernes (environ vingt-cinq) pouvant aller jusqu’à 150 mètres cubes. Mais tout cela était insuffisant en période de sécheresse : mares et citernes vides, puits au débit trop faible (il y avait queue dès trois heures du matin, … et parfois de l’ambiance dans la file d’attente. Pour le bétail il fallait atteler une tonne et chercher de l’eau à la Smagne, à Ste Hermine ou au moulin de Pérouzeau à St Jean de Beugné. Cette situation était peu propice au développement. En 1929 Pierre David est élu maire avec l’objectif d’améliorer la situation. La commune fait aussitôt installer une cuve métallique de douze mètres cubes, à côté de la mairie, près du Grand Puits (le plus productif), pendant qu’un château d’eau s’édifie à proximité. Il sera inauguré en 1936. A l’époque, c’était une innovation exceptionnelle pour un village. Le réservoir était alimenté par une pompe ; mais le rendement du puits était parfois trop faible l’été, ce qui amenait le garde-champêtre Boisseleau, particulièrement dévoué, à se lever la nuit pour actionner la pompe jusqu’à nouvel assèchement. Certes, il fallait venir chercher son eau au pied du château d’eau, mais le travail était bien moindre. Après la guerre, la commune adhère au syndicat intercommunal de la vallée du Lay qui se créée pour construire le barrage de l’Angle Guignard sur le territoire de La Réorthe. L’eau arrive dans chaque maison du village (souvent avec seulement deux robinets, un pour la maison, un pour l’écurie) en 1953 (certains jeunes hommes de l’époque se souviennent d’avoir travaillé à la pioche au creusement des tranchées dans les rues pour passer les canalisations). Le château d’eau qui fournit une eau moins coûteuse continue à fonctionner quelque temps, mais il est abandonné rapidement.Dans les années soixante la commune fait installer des douches municipales qui serviront une dizaine d’années jusqu’en 1972, le temps que le confort à domicile prenne le relais. Restait à trouver de nouvelles ressources d’eau pour les cultures. Seize forages seront faits sur la commune dans les années 70 et 80. Ils seront décevants, un seul est en service sur la commune , les autres étant localisés sur les communes voisines. Paul DAVID
Qui était Saint Aubin ? L'Église St Aubin Au fil du temps L'eau dans la plaine Tourisme Municipalité I Pratique Associations Histoire HierCopyright 2011 - Site réalisé par Imagintoi - Informatique Luçon : www.imagintoi.com
Economie Histoire Économie Galerie photos Associations Plan du site I Mentions légales
Galerie photos PratiqueAccueil I Commune de Saint Aubin la Plaine en Vendée
Municipalité Département Tourisme de la Vendée (85) Aujourd'huiA LA UNE
En bref---------- Lundi 28 Août 2017 Réunion du Conseil Municipal Salle du Conseil - Mairie à 19h00 ---------- Samedi 16 & Dimanche 17 Septembre 2017 Journées du Patrimoine Église St Aubin de 10h00 à 17h00 ----------
Contact I Liens
Saint Aubin la Plaine